Dans les yeux de Céline Jaccard, instructrice Sirius au Nunavut

Janvier 14, 2019

A glimpse into the Sirius adventure in Nunavut, by Celine Jaccard

Être instructrice au Nunavut pour Sirius secourisme en régions isolées permet de connecter ma passion des soins pré-hospitaliers d'urgence avec une vie d'aventure dans le Grand Nord. Notamment en accomplissant des projets de collaboration uniques avec des organismes qui font une différence dans le territoire Inuit, tel que celui réalisé récemment avec Artcirq.

Prise 1
Printemps 2018, je pars de ma cabane à Qikiqtarjuaq. Arrêt à Iqaluit, la capitale du Nunavut puis, connexion pour le village d'Igloolik. Nous faisons une halte a Sanirajak, petite communauté voisine. La visibilité est réduite, nous nous dépêchons d'embarquer les passagers suivants pour continuer la « run de lait ». Arrivés au dessus d'Igloolik, nous survolons trois fois le village, mais la tempête a maintenant pris trop d'ampleur, retour au point de départ. Le Nord, ça demande de la flexibilité!

Prise 2
Automne 2018, prise deux pour le cours de secourisme en régions isolées à Igloolik. Parmi les passagers du turbopropulseur en route pour cette communauté inuit de 2000 habitants, Guillaume Saladin, co-fondateur d'Artcirq. Il était à Iqaluit pour recevoir un prix de reconnaissance pour les nombreux impacts positifs que son organisme a sur la communauté depuis plus de 20 ans. Artcirq est un collectif artistique Inuit avec pour mission d’unir les traditions culturelles Inuit avec les pratiques artistiques contemporaines dans le but de créer des œuvres significatives et marquantes au travers des arts de la scène, les arts médiatiques, et la musique. Artcirq performe sur des scènes à l'internationale, mais également en nature sur les terres traditionnelles, en région isolée. Artcirq tente à sa manière d’harmoniser savoirs traditionnels et modernité.


À l'aéroport d'Igloolik, Alex Arnatsiaq, coordonnateur pour Artcirq, m'attend avec sa motoneige pour m'amener au Black Box, la salle d’entraînement d'Artcirq, où le cours se déroulera. Une fois les boîtes d'équipement chargées dans le qamutik (traineau traditionnel), nous parcourons les quelques kilomètres qui nous séparent du village par moins 20 degrés Celsius. Nous sommes à la mi-octobre, au nord du cercle polaire, la banquise est déjà en partie formée.
Si je me retrouve ici pour enseigner un cours, c'est parce que le Nunavut est un petit monde connecté. Il y a quelques années, Alex a suivi un programme que j'enseignais pour former des leaders de plusieurs communautés de Baffin à développer des programmes de ski pour les jeunes. Alex avait, à cette occasion, suivi son premier cours Sirius. Pour lui, avoir une formation spécialisée pour les régions isolées avec à la fois des notions théoriques permettant de comprendre ce qui se passe dans le corps humain, mais également une application pratique des apprentissages, le tout en prenant compte du contexte unique du Grand Nord canadien, est non seulement un ajout majeur à ses compétences mais également une nécessité pour tous ceux et celles qui s'aventurent sur ce territoire. Nous gardons contact et travaillons à l'idée d'offrir ce cours aux gens d'Artcirq, dans sa communauté.

Ce rêve s'est finalement concrétisé cet automne grâce à quelques efforts de coordination et le soutien de Sirius secourisme en régions isolées qui a souhaité commanditer cet organisme à vocation sociale qui contribue au bien-être du Nord.

C'est donc avec les acrobates, coordonnateurs du programme et chasseurs locaux qui encadrent les activités en plein air, que nous avons couvert le contenu d'un cours de 20h de secourisme en régions isolées. Nous avons mis l'emphase sur les besoins spécifiques qu'Artcirq nous avaient communiqués : Des blessures musculosquelettiques lors de leurs entraînements au Black Box et des projets fréquents loin de la communauté en autonomie pour plusieurs jours. Nous avons combiné la formation avec un workshop de 3 à 4 heures de cirque tous les soirs. J'ai donc eu la chance de voir de mes propres yeux le potentiel de mécanisme de blessure de leur pratique ainsi que le privilège de participer à un échange de connaissances en m’entraînant avec eux. Au-delà de la capacité impressionnante des artistes circassiens d'Artcirq, ce qui me marque c'est l’atmosphère qui bourdonne au Black Box. Des jeunes motivés, qui viennent dépenser leur énergie débordante encadrés par des leaders inspirants.
Lors des simulations, leur gestion des scénarios plus complexes en dit long sur leur expérience à travailler ensemble et leur engagement tout au long du cours a été extrêmement stimulant pour l'éducatrice que je suis. Ce groupe d'individus a déjà fait face à des situations de premiers soins réelles, il a donc été facile pour eux de comprendre l'importance du contenu enseigné. Les ressources limitées, les conditions climatiques extrêmes, le besoin d'improviser c'est la réalité de toutes celles et ceux qui vivent ici et les cours que nous enseignons forment une précieuse expérience et des outils indispensables. Je suis heureuse de pouvoir partager mes compétences avec ces personnes qui s'impliquent pour la jeunesse, la culture et le bien-être de leur communauté.


Dire au revoir

Quelques jours plus tard, je rembarque à nouveau mes boîtes, direction l'aéroport. Vivre dans un village joignable uniquement par avion, c'est aussi savoir qu'on ne se reverra pas avant longtemps. Mais je sais à présent qu'une dizaine d'individus de plus sont outillés pour continuer à vivre et accomplir des projets dans ce territoire de façon plus sécuritaire. À eux maintenant de partager leurs connaissances. Artcirq rajoute une corde à son arc déjà muni de beaucoup de qualifications et professionnalisme, et Sirius secourisme en régions isolées a pu mettre son expertise à contribution du développement social du Nord. Je repars donc dans ma cabane à Qikiqtarjuaq, reconnaissante de faire partie de ce réseau.
Fidèle à elle-même, Mère Nature m'a réservé un dernier blizzard pour mon retour, c'est cette fois Iqaluit que j'ai survolé avant de faire demi-tour et partager une dernière soirée d’entraînement avec toute l'équipe d'Artcirq.

Celine Jaccard
Instructrice et médic pour Sirius secourisme en régions isolées